L’OMT

 

« C’est en apprenant à connaître les autres qu’on acquiert le respect des cultures et des traditions d’autrui. Très peu d’entre nous partagent le même passé, mais nous pouvons tous partager le même avenir. » Anonyme

Innovation Démarches

L’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT)

L’Institution spécialisée des Nations Unies chargée du Tourisme constate et recommande :

Le secteur du tourisme démontre sa capacité à être :

  1. Un phénomène économique et social qui s’avère être un puissant instrument de lutte contre la pauvreté

En effet, il crée des emplois et apporte de nombreux avantages sociaux et économiques aux couches les plus pauvres de la population, en particulier les femmes, les jeunes.

Au fil des décennies, le tourisme a connu un essor continu et s’est diversifié de plus en plus, au point de devenir un des secteurs économiques à la croissance la plus rapide du monde. Le tourisme moderne est étroitement lié au développement et il englobe un nombre grandissant de nouvelles destinations. Cette dynamique en fait un moteur essentiel du progrès socioéconomique.

La contribution du tourisme au bien-être économique dépend de la qualité et des recettes de l’offre touristique. L’OMT souligne que ce sont surtout les pays en développement qui devraient bénéficier du tourisme durable et elle intervient pour les aider à traduire cette possibilité dans la réalité.

L’Organisation encourage également l’application du Code mondial d’éthique du tourisme pour s’assurer que les pays membres, les destinations touristiques et les entreprises du secteur maximisent les effets économiques, sociaux et culturels positifs de cette activité et en recueillent tous les fruits tout en réduisant au minimum les répercussions négatives sur la société et sur l’environnement.

L’industrie touristique est amenée à jouer un rôle de plus en plus important dans la réalisation des OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement). Le premier (réduire la pauvreté), le troisième (promouvoir l’égalité des sexes), le septième (préserver l’environnement) et le huitième (mettre en place un partenariat mondial pour le développement), avec à la clé le développement des zones rurales et l’aide aux petites entreprises touristiques.

  1. la clé du développement, de la prospérité et du bien-être pour contribuer à protéger les écosystèmes fragiles.
  • Les destinations sont toujours plus nombreuses à travers le monde à s’ouvrir au tourisme et à investir dans ce secteur qui s’est converti en ressort essentiel du progrès socioéconomique de par ses retombées sous forme de création d’emplois et d’entreprises, de recettes d’exportation et de développement des infrastructures.
  • Au cours des soixante dernières années, le tourisme n’a cessé de croître et de se diversifier. C’est devenu l’un des plus gros secteurs économiques et à plus forte croissance dans le monde. On a vu apparaître beaucoup de nouvelles destinations en plus des destinations de prédilection traditionnelles d’Europe et d’Amérique du Nord.
  • Malgré des soubresauts sporadiques, le tourisme a connu une croissance quasiment ininterrompue. Les arrivées de touristes internationaux sont passées de 25 millions dans le monde en 1950, à 278 millions en 1980, puis à 527 millions en 1995, avant d’atteindre 1 milliard 133 millions en 2014. De même, les recettes du tourisme international engrangées par les destinations à travers le monde ont bondi de 2 milliards de dollars des États-Unis en 1950 à 104 milliards de dollars en 1980, puis à 415 milliards de dollars en 1995 pour se situer à 1.245 milliards de dollars en 2014.

omt

 

Ses objectifs contribuent à :

– Favoriser le le tourisme, vecteur essentiel pour combattre la pauvreté. En savoir +

– Ses principes au nombre de 10. En savoir +

 

Adaptation du « Manual on Tourism and Poverty Alleviation, Practical Steps for Destinations. UNWTO and SNV 2010 »

Au fil des décennies, le tourisme a connu un essor continu et s’est diversifié de plus en plus, au point de devenir un des secteurs économiques à la croissance la plus rapide du monde. Le tourisme moderne est étroitement lié au développement et il englobe un nombre grandissant de nouvelles destinations. Cette dynamique en fait un moteur essentiel du progrès socioéconomique.‎

Aujourd’hui, le volume d’affaires du secteur touristique égale, voire dépasse celui des industries pétrolière, agroalimentaire ou automobile. Le tourisme est désormais un des grands acteurs du commerce international et, en même temps, il constitue une des principales sources de revenus de beaucoup de pays en développement. Cette croissance va de pair avec l’accentuation de la diversification et de la concurrence entre les destinations.

L’expansion générale du tourisme dans les pays industrialisés et développés présente des avantages économiques et crée des emplois dans de nombreux secteurs qui y sont liés, de l’agriculture aux télécommunications en passant par le bâtiment, les transports, l’hôtellerie, les agences, l’artisant, les activités cuturelles, sportives…

La contribution du tourisme au bien-être économique dépend de la qualité et des recettes de l’offre touristique. L’OMT offre son assistance aux destinations pour qu’elles se positionnent de façon durable sur les marchés national et international qui ne cessent de se complexifier. En sa qualité d’institution des Nations Unies se consacrant au tourisme, elle souligne que ce sont surtout les pays en développement qui devraient bénéficier du tourisme durable et elle intervient pour les aider à traduire cette possibilité dans la réalité.

L’organisation « RENAUD OING-D » retient que le tourisme permet d’améliorer nos existences, nos aspirations à une vie meilleure, et s’attèle à proposer des activités facilitant ce développement économique, qui devient alors social.

Bénéficiant d’une expérience riche en ingénierie des projets, l’organisation propose des projets, les accompagnes, au besoin les finance,  avec des passerelles en cas de besoin.