FAQ

« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas les faire mais c’est parce que nous n’osons pas les faire qu’elles sont difficiles. » Sénèque

 

– Quel est le but d’un cluster?

Augmenter votre business et votre croissance.

– Ma société peut-elle initier un cluster?

Oui. C’est le seul moyen d’initiation d’un cluster : l’initiative d’une société. Vous êtes le seul responsable de votre business et de votre croissance et donc, il n’y a pas moyen de faire un cluster à votre place.

– Puis-je initier un cluster similaire à un cluster déjà existant?

Le clustering est une stratégie libre et accessible à toutes les sociétés. Rien ne peut empêcher une société de créer le type de partenariat de son choix avec qui elle veut. Toute société peut donc créer un cluster similaire à un cluster déjà existant, avec les sociétés de son choix.

– Si je ne trouve pas de partenaires

C’est l’occasion de tester si l’effet réseau vous apporte des réponses et des solutions, et de vous rapprocher de l’organisation « RENAUD ». Fortement imprégnée de solidarité internationale et d’un état d’esprit « cluster » façon OASIS D’ENTREPRISES (style pépinière ou nursery d’entreprises) « RENAUD » OING-D a pour but d’accompagner et promouvoir, en France et dans le Monde, les Nouveaux Développeurs d’Activités Novatrices (NDAN). Un seul mot d’ordre, le « chasser en meute » pour mieux recruter & former, aider les start-up à se développer, les transfert d’entreprises, l’emploi, notamment en pérennisant les activités existantes.

– Il y a déjà trop de réunion…

Un cluster, ce sont d’abord des actions, pas des réunions.
La majorité des contacts et interactions y sont guidés par les opportunités de marchés. Chaque opportunité réunit seulement les quelques acteurs du groupe concerné par l’action. Ils se contactent par téléphone, par mail, dans une réunion de travail, etc. pour aboutir le plus vite possible à une offre et à une commande.
Les opportunités peuvent réunir des groupes différents à chaque fois, suivant les spécificités à mettre en œuvre.
On pourrait imaginer gérer un cluster en ayant des contacts réguliers avec plusieurs sociétés sans jamais les réunir ensemble, mais …

– Pourquoi en proposer des nouvelles?

Les coûts des contacts individuels sont très élevés. L’efficacité globale s’améliore si on fait régulièrement des réunions plus larges. En les organisant correctement, les contacts tant globaux qu’individuels sont alors concentrés sur un laps de temps plus court, les informations circulent mieux et les différents acteurs se connaissent également mieux. Les réunions bien faites, à intervalles réguliers, permettent un travail plus efficace.
Ces réunions permettent aussi d’entretenir la recherche permanente de nouvelles opportunités.
Proposer de nouvelles réunions n’a pour seul but que de diminuer les coûts et d’augmenter les opportunités.

– J’ai participé à une réunion avec d’autres sociétés. Je sens que le business ne viendra pas très vite!

C’est très possible et c’est surtout comme ça au début car il faut souvent apprendre à se connaître. Il faut « débriefer » pour améliorer la situation et retenir le principe de favoriser le business le plus rapide. Si un groupe ne répond pas à ces critères pour votre société, il faut en choisir ou en créer un autre.

– Comment participer à un cluster existant?

Il suffit d’en faire la demande à l’initiateur ou aux membres de « RENAUD » OING-D. Bien entendu, l’initiateur et ses partenaires peuvent accepter ou refuser votre proposition. En cas de refus, vous pouvez vous tourner vers un autre cluster ou en créer un vous-même.

– Il y a déjà une société similaire à la mienne dans le cluster auquel je voudrais participer. Vont-ils refuser ma candidature ?

Le mieux est d’en faire la demande. Certains refuseront mais d’autres accepteront.

Dans la pratique, rares sont les sociétés qui sont réellement identiques. Elles ont souvent des différenciations au niveau de leurs ressources ou de leur clientèle.

On observe que certaines sociétés utilisent ces différenciations pour consolider mutuellement leurs points forts et utilisent leurs compétences communes pour diminuer leurs coûts.
Dans un groupe où les gens ont un tel esprit, il y a des sociétés qui peuvent être concurrentes et qui en retirent un profit mutuel.

– Si je crée un cluster, dois-je inviter et accepter tout le monde ?

Pas du tout. Toutes les sociétés ont le droit de décision sur les partenariats qu’elles réalisent. Personne ne peut forcer une société à réaliser un partenariat contre sa volonté.

– Le clustering est-il la solution à tout ?

Malheureusement non. En général, pour les technologies qui sont sensibles à la standardisation et aux effets de volume, les développements se font souvent mieux par une concentration des moyens de production en des unités de plus en plus grosses.
Par contre, pour les technologies où la flexibilité est un atout ainsi que sur les marchés où l’incertitude et l’évolution sont grandes, le clustering est un atout de compétitivité et de longévité.

– Le clustering est une affaire de petites sociétés?

C’est souvent une solution intéressante et même nécessaire pour des petites entreprises. En effet, cette forme de collaboration est encore plus évidente pour les entreprises de taille moyenne (type TPME) qui ne disposent pas, individuellement, des ressources humaines, technologiques et financières pour être « dans le coup » de l’évolution des connaissances et des besoins exprimés par les marchés.

La Silicon Valley, depuis l’origine, ses « révolutions » successives en sont l’exemple le plus illustratif. Plusieurs initiatives ont été prises dans le monde et en France, tout aussi intéressantes les unes que les autres, qui montrent que chacun, selon sa culture et son mode organisationnel ou institutionnel, essaie de répondre pertinemment aux enjeux de ce nouvel état du monde.

Leurs succès relatifs identifiés, référents, répondent à plusieurs critères que chacun des clusters doit pouvoir respecter, tout en les adaptant au contexte institutionnel, organisationnel et comportemental du pays dans lequel il se développe.

Cependant on est toujours petit vis-à-vis d’autres. Les formes de clustering sont également intéressantes pour les grandes et moyennes entreprises.

Les grosses sociétés qui ont une habitude de surveiller leurs chaînes de valeurs et d’externaliser les parties les moins rentables, ont a priori une motivation initiale pour le clustering.

– Faut-il une forme juridique ou contractuelle à un cluster?

Il ne faut rien. La confiance, la recherche d’opportunités et de croissance sont les seules nécessités connues.

Le Cluster est une démarche volontaire, présupposant l’adhésion des acteurs concernés, à une même vision, définie dans un document fondateur, une charte, se déclinant en actions et en projets collaboratifs.

Sa gouvernance doit être transparente et mobiliser un maximum d’acteurs, être dynamique, c’est-à-dire, se réunir régulièrement et s’impliquer pour appuyer l’équipe d’animation. Il s’agit de favoriser aussi le lien intergénérationnel de plus en plus nécessaire, pour faire face à la rapidité des évolutions technologiques, la mobilité comportementale des personnes (tendance au zapping), liées pour partie à la globalisation et au développement des technologies de communication.

Vous pouvez accompagner votre action de toutes les formes contractuelles ou structurelles que vous désirez. En faisant un large tour des différentes formes de partenariats, il semble malgré tout que ce sont toujours les partenariats libres qui sont les plus efficaces. Une grosse tendance se dégage vers « le moins de rigidité et d’engagement contractuel possible » pour que cette démarche entrepreneuriale soit réussie.

– Ma société est basée à Maurice, puis-je recevoir un support de l’organisation « RENAUD » et y être inscrit ?

De France, de Maurice, de Liège, des Pays-bas ou d’ailleurs, tout le monde peut s’inscrire dans l’organisation « RENAUD ».

Afin de rencontrer cette nécessité, l’organisation « RENAUD » offre a priori sa plateforme à tous.

Sur le même théme : Démarches & Stratégies, Définition du cluster, Méthodologie et Foire aux questions.